Kristen Jones-Bonofiglio BScN, RN, MPH(N), PhD(c) and Katherine Kortes-Miller, HBMT, MSW, PhD(c)
Mourir avec Grace : un projet pilote sur le recours à la simulation haute-fidélité pour l’enseignement interprofessionnel des soins palliatifs.

Introduction

Ce projet pilote a réuni les technologies de simulation haute-fidélité et les méthodes pédagogiques de l’enseignement interprofessionnel. L’objectif global du projet consistait à étudier la faisabilité d’un projet novateur en enseignement interprofessionnel des soins palliatifs. Nous voulions savoir si une équipe expérimentée de fournisseurs de soins palliatifs jugerait efficace la simulation haute-fidélité pour l’enseignement interprofessionnel. Dans le contexte de l’enseignement des soins de santé, le terme simulation désigne de façon générale « tout appareil ou ensemble de conditions visant à présenter les problèmes d’un patient de façon authentique » (Issenberg et Scalese, 2008, p. 33 – traduction libre). Dans le domaine des soins de santé, la simulation vise à imiter des situations de la vraie vie, des régions anatomiques, des tâches cliniques ou des scènes réelles dans lesquelles des soins de santé sont prodigués. On définit aussi parfois simulation comme « technique pédagogique qui permet la réalisation d’activités interactives, parfois en situation d’immersion, en recréant en tout ou en partie une expérience clinique sans exposer les patients aux risques réels » (Maran et Glavin, 2003, p. 22 – traduction libre). 

 On utilise la simulation depuis plusieurs années maintenant pour enseigner des techniques aux étudiants et aux professionnels des professions paramédicales (Baerheim et Malterud, 1995; Finlay et coll., 1995; Kameg et coll., 2010; Rosenzweig et coll., 2008; Palmer et coll., 2008; Solnick et Weiss, 2007; Sperlazza et Cangelosi, 2009; Leighton et Dubas, 2009; Jeffries, 2005). Le recours à la simulation en enseignement des soins palliatifs est toutefois assez nouveau (Freer et Zinnerstrom, 2001; Faulkner, 1994; Finlay et coll., 1995; Reilly et Ring, 2004). Bien que les soins palliatifs aient adopté une approche plus « interprofessionnelle », très peu de recherche a été réalisée sur l’enseignement interprofessionnel dans ce domaine (MacLeod et Egan, 2007). Illingworth et Chelvanayagam (2007) soutiennent que l’enseignement interprofessionnel est bénéfique non seulement pour le patient et sa famille, mais aussi pour les soignants, les étudiants et les établissements d’enseignement. L’enseignement interprofessionnel est l’un des moyens proposés pour favoriser la stabilisation et le maintien du système de soins de santé canadien, car c’est un moyen éprouvé d’améliorer l’état des patients (Zwarenstein, 2006). En combinant enseignement interprofessionnel et simulation haute-fidélité, on obtient le meilleur des deux mondes, à la fois pour les apprenants et les formateurs. C’est faire preuve d’innovation que d’allier les avantages d’une démarche d’enseignement axée sur le travail par équipe interprofessionnelle à la sécurité d’un milieu d’apprentissage par simulation.

 Le terme simulation haute-fidélité (SHF) désigne souvent un certain nombre de concepts très différents; il peut s’agir notamment de mannequins électroniques, de milieux de réalité virtuelle (avatars) ou d’acteurs qui jouent le rôle d’un patient atteint d’un trouble de santé prédéterminé. Notre utilisation de la SHF implique le recours à des mannequins activés par des logiciels et des compresseurs. Le mannequin est installé dans un laboratoire de simulation qui ressemble beaucoup à une chambre d’hôpital. Activé par un technologue en simulation, le mannequin peut parler et entendre des conversations en temps réel, et ses signes vitaux (p. ex. pouls, pression artérielle, respiration, bruits intestinaux, rythme cardiaque) sont ajustables. Le réalisme de ce milieu est accentué par l’utilisation d’accessoires (articles sur la table de chevet comme des photos, un chapelet, un livre de prières, un éloge funéraire non terminé, des bonbons, des mouchoirs, etc.).

Objectif

L’objectif de ce projet pilote était de présenter l’utilisation de la SHF (mannequins électroniques) comme outil de formation interprofessionnelle continue en soins palliatifs pour notre équipe locale de soins palliatifs. Nous espérions également déterminer, même de façon préliminaire, si la SHF pouvait être un outil d’enseignement intéressant et efficace des soins palliatifs dans un contexte d’enseignement interprofessionnel. Nous voulions particulièrement observer l’utilisation de la SHF par des membres d’une équipe interprofessionnelle expérimentés et efficaces travaillant aux soins palliatifs, de manière à pouvoir établir des comparaisons avec des études réalisées plus tôt auprès d’étudiants de premier cycle et de professionnels de la santé débutants.

Participants

L’École de sciences infirmières de l’Université Lakehead (Thunder Bay, Ontario) a réalisé un projet pilote sur l’utilisation de la SHF. Ce projet d’enseignement interprofessionnel a réuni dix professionnels de la santé de notre équipe locale de soins palliatifs (du St Joseph's Care Group à Thunder Bay) et un bénévole en soins palliatifs (de Hospice Northwest) dans le but de partager de l’information à jour et de favoriser le transfert de connaissances et l’esprit d’équipe. Ce projet pilote a été financé par l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO). Les membres de l’équipe de soins palliatifs qui ont participé à ce projet d’enseignement interprofessionnel venaient de plusieurs domaines : soins infirmiers, services sociaux, soins spirituels, ergothérapie, physiothérapie et orthophonie.

Le projet

 Préparation à l’apprentissage « réel »

Par un froid matin de février, dix braves membres de l’équipe de soins palliatifs se sont réunis au laboratoire de simulation en soins infirmiers pour une expérience unique intitulée Dying with Grace: An IPE Experience using High-Fidelity Simulation (Mourir avec Grace : une expérience d’enseignement interprofessionnel en SHF). Durant les trois heures que dure l’expérience, l’équipe fait connaissance avec Grace, le mannequin de SHF, qui peut réagir physiquement et verbalement aux gestes de l’équipe, et même mourir!

Au-delà de l’enseignement et de l’apprentissage

Autour du lit, les membres de l’équipe ont travaillé avec la patiente, Grace, à tour de rôle ou à deux : ils ont posé des gestes propres à leur discipline, posé des questions et procédé à des évaluations. Ils ont ainsi pu démontrer leur degré d’intégration de la théorie à la pratique. Après une réunion d’équipe, axée sur la planification des soins et le respect du choix du patient, l’équipe a simulé une rencontre auprès de Grace avec son frère Alex (joué par un bénévole). Ce jeu de rôle a ajouté un élément de réalisme à l’expérience, et la formation s’est élargie aux besoins des familles et à la résolution de conflits. 

Séance bilan-analyse de l’expérience de SHF

L’un des éléments essentiels de toute expérience de simulation est la séance bilan-analyse qui permet aux apprenants d’amorcer leur synthèse de l’expérience. Voici quelques-uns des sujets abordés durant le bilan-analyse :

  • la douleur, la souffrance et l’état d’esprit du client
  • la communication
  • les attentes du patient et de la famille par rapport aux questions entourant la mort
  • les difficultés liées à la planification
  • soins interprofessionnels et travail d’équipe


Évaluation globale de l’expérience

Comme il s’agissait d’un projet pilote éducatif, nous n’avons pas procédé à une évaluation formelle de l’expérience. Nous avons toutefois analysé les commentaires des membres de l’équipe quant à la valeur de la SHF et de l’enseignement interprofessionnel pour la formation en soins palliatifs, et aux autres utilisations possibles de la SHF et de l’enseignement interprofessionnel en soins palliatifs (formation initiale, perfectionnement, promotion du travail d'équipe, etc.). Dans l’ensemble, les expériences ont été très positives et bien reçues par l’équipe de soins palliatifs. Voici quelques-uns des commentaires formulés par l’équipe :

« Ça [le labo de simulation] ressemblait beaucoup à ce que nous faisons en ce moment. »

« Cette expérience me fait prendre conscience des autres utilisations possibles de la simulation pour le personnel hospitalier. »

 « Grâce à cette expérience, mes visites aux clients prendront un nouveau sens. »

 « J’aurai encore plus de respect pour mes coéquipiers. »

« J’ai appris de bons trucs pour répondre aux questions du client ou de la famille en écoutant ce que les autres membres de l’équipe disaient ou en observant ce qu’ils faisaient. […] Je comprends mieux le rôle des autres. […] Je comprends mieux aussi à quel moment consulter quelqu’un d’autre. »

« Renforce l’importance d’une bonne communication au sein de l’équipe interprofessionnelle. »

Conclusion

Il reste beaucoup de travail pour faire progresser l’enseignement interprofessionnel des soins palliatifs. Les soins des patients en fin de vie et de leur famille ne seront améliorés que si l’enseignement interprofessionnel des soins palliatifs est amélioré et appuyé par des évaluations et de la recherche à tous les cycles universitaires et en formation continue (Ferrell et Coyle, 2010). 

 L’expérience vécue par les membres de l’équipe de soins palliatifs de ce projet pilote démontre la grande nécessité de poursuivre l’étude et l’utilisation de la SHF en enseignement interprofessionnel des soins palliatifs. 

La SHF présente des avantages évidents :

  • sécurité du patient
  • milieu d’apprentissage sûr, interactif et par immersion
  • potentiel de renforcement de la capacité et interactions positives entre les partenaires du milieu universitaire et ceux du milieu communautaire 

 Ce projet pilote démontre le potentiel de la SHF pour l’amélioration des méthodes pédagogiques en enseignement interdisciplinaire des soins palliatifs. Cette amélioration se traduit par une bonification des soins aux personnes mourantes et à leurs familles, grâce au renforcement des connaissances, des compétences et des attitudes positives des personnes qui fournissent les soins. Ce projet sert en outre de base à des travaux ultérieurs dans ce domaine.

Merci à nos partenaires communautaires : Linda Pisco (CERAH, Université Lakehead), Marianne Larson (directrice, Unité des soins palliatifs, St. Joseph’s Care Group),  Dr Geoff Davis (directeur médical des soins palliatifs, St. Joseph’s Care Group), Karen Poole (École de sciences infirmières, Université Lakehead), Kathryn Hildebrandt (coordonnatrice du laboratoire de simulation en soins infirmiers, Université Lakehead), Audrey Drebit (École de sciences infirmières) et Hospice Northwest.

Merci aux organismes suivants du financement accordé à ce projet pilote : l’École de médecine du Nord de l’Ontario (EMNO)
 



Références

Baerheim, A., & Malterud, K. (1995). Simulated patients for the practical examination of medical students: Intentions, procedures and experiences. Medical Education, 29,  410-413.

Faulkner, A. (1994). Using simulators to aid in the teaching of communication skills in cancer and palliative care. Patient education and counselling, 23, 125-129.

Ferrell, B. & Coyle, N. (2010).   Oxford Textbook of Palliative Nursing.  Oxford, England:  Oxford University Press. 

Finlay, I., Stott, N., & Kinnersley, P. (1995). The assessment of communication skills in palliative medicine: A comparison of the scores of examiners and simulated patients. Medical Education, 29, 424-429.

Freer, J. & Zinnerstrom, K. (2001). The palliative medicine extended standardized patient scenario: A preliminary report. Journal of Palliative Medicine, 4(1), 49-57.

Illingworth, P., & Chelvanayagum, S. (2007).  Benefits of interprofessional education in
  health care.  British Journal of Nursing, 16, 121-124.

Issenberg, B., McGaghie, W., Petrusa, E., Gordon, D., & Scalese, R. (2005). Features and uses of high fidelity medical simulations that lead to effective learning: A BEME systematic review. Medical Teacher, 27(1), 10-28.

Jeffries, P. (2005). A framework for designing, implementing, and evaluating simulations used as teaching strategies in nursing. Nursing Education Perspectives, 26(2), 96-104.

Kameg, K., Howard, V., Clochesy, J., Mitchell, A. & Suresky, J. (2010). The impact of high fidelity human simulation on self-efficacy of communication skills. Issues in Mental Health Nursing, 31, 315-323.

Leighton, K., & Dubas, J. (2009). Simulated death: An innovative approach to teaching end-of life care. Clinical Simulation in Nursing, 5(6), 223-230.

MacLeod, R., & Egan, T. (2007).  Interprofessional Education. In B. Wee and N. Hughes, (Eds.),   Education in  Palliative Care; Building a culture of learning, pp. 235-249, Oxford,  England:  Oxford University Press.

Maran, N. & Glavin, R. (2003). Low-to high-fidelity simulation – A continuum of medical education? Medical Education, 37(1), 22-8.

Palmer, M., Kowlowitz, V., Campbell, J., Carr, C., Dillon, R., Durham, C., Gainer, L., Jenkins, J., Page, J., & Rasin, J. (2008). Using clinical simulations in geriatric nursing continuing education. Nursing Outlook, 56, 159-166.

Reilly, J. & Ring, J. (2004). An end-of-life curriculum: Empowering the resident, patient, and family. Journal of Palliative Medicine, 7(1), 55-63.

Rosenzweig, M., Hravnak, M., Magdic, K., Beach, M., Clifton, M., & Arnold, R. (2008). Patient communication simulation laboratory for students in an acute care nurse practitioner program. American Journal of Critical Care, 17(4), 364-272.

Solnick, A., & Weiss, S. (2007). High fidelity simulation in nursing education: A review of the literature, 3, 41-45.

Sperlazza, E., & Cangelosi, P. (2009). The power of pretend: Using simulation to teach end-of life care. Nurse Educator, 34(6), 276-280.

Zwarenstein, M., Reeves, S., & Perrier, L. (2005).  Effectiveness of pre-licensure
 interdisciplinary education and post-licensure collaborative interventions.  Journal of  Interprofessional Care, 19 (Suppl. 1), 148 – 165.