Le deuil et la perte d’un être cher
Mon père est mort il y a quelques mois, et il ne reste plus que ma sœur et moi dans la famille immédiate. Ma sœur était très proche de mon père et elle passait beaucoup de temps avec lui. Je m’inquiète pour elle. Comment faire la différence entre le deuil et la dépression?

Il est difficile en effet de savoir si une personne qui souffre de la mort d’un proche est en état de deuil normal ou sombre dans la dépression. La Société canadienne de psychologie formule ainsi la différence entre les deux :

« Le deuil est souvent décrit comme le manque ressenti à l’égard de la personne décédée, le refus de sa mort, des souvenirs qui surgissent à toute heure et en tout lieu, une inquiétude à l’égard de la personne disparue, le sentiment de sa présence, et une tendance à pleurer. La dépression se manifeste par une léthargie et une fatigue physique prolongées, ou par une détresse émotive pour des raisons autres que le décès. [Traduction libre] »

Pour déterminer si votre sœur est endeuillée ou déprimée, essayez d’abord d’évaluer son état émotionnel général. Une personne endeuillée éprouve habituellement tout un éventail d’états d’esprit et de sentiments. Elle peut ressentir une tristesse extrême, tout en éprouvant du plaisir et en conservant son sens de l’humour. Elle peut aussi être en proie à une colère qu’elle dirigera contre elle-même ou contre les amis et la famille. Une personne déprimée n’a généralement pas de moral et ses émotions ne varient pas beaucoup. Sa colère est souvent dirigée contre elle-même, et elle montre peu de signes de plaisir ou d’humour.

Il faut aussi savoir comment votre sœur se sent elle-même. Une perte de cette ampleur s’accompagne souvent de regrets ou d’un sentiment de culpabilité. Une personne endeuillée tend à se concentrer sur la perte, qu’elle vit émotionnellement, socialement et physiquement. Son attitude peut bouleverser la dynamique, les relations, les rôles et les obligations, voire les finances, de la famille. Une personne déprimée, en revanche, a tendance à éprouver une culpabilité excessive à l’égard de choses qu’elle aurait dû ou n’aurait pas dû faire. Si votre sœur est déprimée, le deuil pourrait renforcer cette dévalorisation.

Une personne endeuillée recherche souvent la solitude, mais réagit tout de même à l’aide et aux interactions offertes. Une personne déprimée peut tout autant avoir peur de la solitude que rester insensible aux autres. Surveillez dans quelle mesure votre sœur passe du temps seule et vérifiez si elle voit des amis ou des parents.

La dépression et le deuil ont des traits communs, et la démarcation n’est pas toujours évidente. La tristesse, les troubles de sommeil, le manque d’appétit et la perte de poids, par exemple, s’observent dans les deux cas. Le deuil est toutefois déclenché par un facteur ponctuel. Une personne endeuillée se sentira mieux dans certaines situations, par exemple en compagnie d’amis, de parents ou d’autres personnes qui lui offrent leur soutien. Par contre, certains facteurs comme l’anniversaire de la personne décédée raviveront de fortes émotions. Une grave dépression, par contre, balaie tout. Une personne déprimée n’éprouve à peu près aucun soulagement, et son fonctionnement quotidien peut en être atteint de façon notable. Elle aura du mal à se lever et à s’habiller le matin, à se concentrer ou à participer à des activités dont elle tirait pourtant beaucoup de plaisir auparavant.

La Société canadienne de psychologie a dressé une liste d’indicateurs qui peuvent aider les amis et les parents à reconnaître le moment où le deuil atteint de graves proportions :

  • perte durable de l’intérêt à l’égard des interactions sociales, des activités et du travail;
  • violente hostilité;
  • mauvais jugement;
  • symptômes de dépression agitée (activité extrême assortie de tristesse);
  • autocritique acerbe et continue (« c’est ma faute »).

Ces indicateurs et, surtout, la persistance des symptômes peuvent être signe qu’une personne vit un deuil compliqué ou une dépression clinique. Le site Internet de la Clinique Mayo décrit succinctement ce qu’est le deuil compliqué.

Si le bien-être de votre sœur vous préoccupe, il est important de faire appel à une équipe soignante, qui pourra déterminer si elle souffre de dépression clinique et vous aider à trouver le type d’aide et de soins dont elle a besoin.

Voir aussi : « La dépression » et « Surmonter le deuil »