La douleur
Ma mère est en train de mourir du cancer et n’accepte la morphine que si la douleur est insupportable. Elle devient contrariée quand j’essaie de lui en parler. Comment puis-je aborder le sujet?

Il est normal de s’inquiéter de ce qui se passe et de ne pas savoir quoi dire. Il pourrait être utile d’aborder cette situation d’un autre angle. Parfois, il est bon de regarder ce qui se cache derrière un symptôme. Votre mère peut trouver un sens en supportant la douleur sans prendre des médicaments de façon régulière. Il se peut qu’elle désire surmonter la douleur elle-même, et c’est peut-être sa façon de lutter contre la maladie qui envahit son corps. Pour elle, c’est peut-être le seul contrôle qu’il lui reste. Elle peut croire que prendre des analgésiques veut dire que la maladie s’altère et qu’elle « abandonne » la lutte. Elle s’inquiète peut-être aussi des médicaments qui s'offriront à elle si la douleur augmente et qu'elle prend déjà des analgésiques puissants.

Les gens sont parfois sur la défensive et se renferment si on leur dit de prendre des analgésiques sans les renseigner d’abord. Il serait peut-être bon de demander à votre mère pourquoi elle refuse de prendre ses analgésiques. Vous pourriez aussi lui expliquer comment vous vous sentez devant cette situation et lui poser des questions non menaçantes, par exemple : « J’ai l’impression que tu souffres beaucoup. Ça me fait mal de te voir ainsi et ça m’inquiète. Quand tu refuses de prendre tes médicaments régulièrement, tu souffres au lieu d’être soulagée. Pourquoi ne veux-tu pas prendre tes médicaments régulièrement? J’aimerais seulement comprendre ce que tu ressens. Je t’aime et je veux que tu sois bien. Je me demande si je pourrais faire quelque chose pour t’aider ».

Il pourrait être utile également de parler à l’équipe qui soigne votre mère. Il vaut mieux le faire en sa présence, autrement elle pourrait avoir l’impression que vous vous mêlez de ses affaires ou que vous lui cachez des choses. Si votre mère a peur des médicaments et des effets secondaires possibles, ses prestataires de soins pourront sans doute proposer des moyens de réduire ces effets et lui fournir des renseignements qui l’aideront à comprendre et à soulager la douleur.