Maxxine Rattner Chapeau levé!

Maxxine Rattner
Maxxine Rattner : Leader émergent en soins palliatifs
Scottsdale, Arizona
février 21, 2017

Maxxine Rattner, travailleuse sociale en soins palliatifs au Kensington Hospice, s’est vu décerner en février 2017 le titre de Leader émergent par le Social Work Hospice Palliative Network (SWHPN), un réseau américain de travailleurs sociaux en maison de soins palliatifs et de longue durée.

« Félicitations à Maxxine. Ce prix souligne à la fois son engagement à une pratique remarquable du travail social auprès des familles et son désir de contribuer à la recherche dans le domaine des soins palliatifs et de longue durée. »
– Susan Blacker, administratrice du SWHPN

Après une décennie à œuvrer dans le domaine du développement communautaire et des politiques publiques sur le VIH/sida, Mme Rattner a obtenu une maîtrise en service social à l’Université de Toronto en 2011. C’est au cours de son stage de première année de maîtrise, dans un service d’oncologie achalandé en milieu hospitalier, qu’elle a découvert le caractère intimiste, difficile et passionné du travail en soins palliatifs et de fin de vie. Après ses études, elle est devenue la travailleuse sociale fondatrice du Kensington Hospice, la seule résidence de soins palliatifs du centre de Toronto offrant des soins de fin de vie à des adultes ayant un pronostic inférieur à trois mois. Depuis cinq ans et demi, elle répond aux besoins complexes des patients et de leur famille en soutien psychosocial et pratique, et elle assure la coordination et la mise en œuvre du programme d’aide aux personnes endeuillées de l’établissement. Depuis son entrée dans ce domaine, Mme Rattner participe activement à l’enseignement aux stagiaires et s’implique dans la division des soins palliatifs de l’Université de Toronto et dans son groupe de travail en éducation interprofessionnelle sur la mort et les mourants. En 2014, elle a fait un certificat d’études supérieures en soins de fin de vie à l’École de service social du Smith College.

Tout en poursuivant son travail au centre de soins palliatifs, Mme Rattner est actuellement doctorante en service social à l’Université Wilfrid-Laurier. Ses études sont axées sur l’expérience de la souffrance psychosociale en fin de vie, telle que la vivent les patients, les familles et les cliniciens. Elle cherche à ouvrir le dialogue sur ce qu’elle considère comme le paradoxe et le dilemme au cœur même de notre travail de prestation de soins palliatifs : d’un côté, l’attente selon laquelle nous pouvons et devons soulager le patient de ses souffrances; de l’autre, notre inévitable incapacité à y arriver, parce que la mort est en soi une étape difficile. Maxxine Rattner a prononcé des conférences et animé des présentations lors de congrès nationaux et internationaux. Elle a publié récemment un article intitulé « Rethinking suffering: Allowing for suffering that is intrinsic at end of life » [Une autre vision de la souffrance : tenir compte de la souffrance qui fait partie intégrante de la fin de vie].


Revenir à « Chapeau levé »