Communiquer avec le patient
Mon mari se meurt mais refuse les soins palliatifs. Que puis-je faire?

La plupart des services palliatifs exigent que les gens acceptent que leurs programmes soient centrés sur le confort plutôt qu’aux efforts de guérir leur maladie. C’est difficile à accepter pour beaucoup de gens. Même s’ils comprennent bien leur situation médicale, il est difficile d’abandonner tout espoir de trouver une guérison.

Ceci peut être frustrant et dérangeant pour les autres, mais les gens qui sont menacés de perdre leur lutte avec la mort ont besoin de temps et d’espace pour trouver leur propre chemin à suivre. Ils ont besoin d’appui sous toute forme qu’ils l’acceptent. Plus le fardeau de la maladie devient lourd, plus il est dur de nier sa réalité. Ceci mène éventuellement à une nouvelle prise de position qui fait qu’on accepte l’appui offert.

Il pourrait être utile de demander à votre mari pourquoi il refuse les soins palliatifs. Son refus peut être basé sur des idées fausses. Beaucoup de gens, même certains travaillants, croient que les soins palliatifs ne sont plus un traitement. Malheureusement, c’est de cet œil qu’ils sont perçus et votre mari peut croire qu’on ne fera pour lui. C’est faux. Les soins palliatifs sont très réels et visent le confort et la qualité de vie.

Même si votre mari ne perd jamais l’espoir de guérison ou refuse de reconnaître sa maladie, le soin palliatif peut offrir la meilleure qualité de vie. Dans de telles circonstances, les gens qui travaillent aux soins palliatifs peuvent contrôler ses symptômes telle la douleur et la nausée. Ils travaillent en consultation générale et ils ne soulignent pas la phase terminale de la maladie.

Les aides en soins médicaux de votre mari doivent passer du temps à discuter des soucis de votre mari, ce à quoi il peut s’attendre et les choix réalistes de traitement et de gestion de symptômes. Il est bien difficile de dire à quelqu’un qu’il n’y a plus de choix possibles qui restent pour changer la progression de la maladie. Mais, ce n’est pas dire, « Il n’y a rien à faire pour vous. » Les soins palliatifs ont beaucoup à offrir au patient, mais avec un différent but. Il faudra peut-être que vous rassuriez votre mari que personne ne l’abandonne.