Les sécrétions respiratoires
Est-ce qu’on peut faire quelque chose pour contrôler les sécrétions chez un patient qui meurt?

Il est fréquent de voir les sécrétions augmenter dans les poumons des personnes qui sont près de la mort. La personne n’a généralement pas assez de force pour tousser et dégager les liquides que les poumons continuent à produire. Peu à peu ces sécrétions s’accumulent.

En général, une succion des sécrétions n’est pas utile lorsque la personne est près de la mort. L’irritation provenant du tube plastique tend à faire augmenter les sécrétions. Donc, on préfère les médicaments comme traitement, et ils sont efficaces en quelque sorte dans la plupart des situations. Certains médicaments, comme la scopolamine ou glycopyrrolate, peuvent sécher ces sécrétions. Une façon facile d’administrer la scopolamine est de mettre un timbre sur la peau, habituellement derrière l’oreille.

Parfois, il semble que rien n’est efficace pour diminuer les sécrétions. Les gens auprès du lit peuvent remarquer que les sécrétions s’écoulent mieux quand le patient se place d’un côté particulier. Mais, au moment où les sécrétions commencent à s’accumuler, le patient n’est pas assez alerte pour s’en rendre compte. Il serait peut être utile d’expliquer aux visiteurs que la personne mourante n’est pas consciente. Ainsi, le patient ne s’en rend pas compte ou ne souffre pas de détresse à cause de ces sécrétions.