Le cancer
Quels sont les symptômes observés tout au long de l'évolution d'un cancer du cerveau?

Une personne atteinte d'un cancer du cerveau peut s'attendre à différents types de symptômes; chacun d'entre eux change au fur et à mesure que le cancer du cerveau évolue. Il est probable qu'un déclin général se produira et qu'il affectera l'organisme tout entier. Il se peut aussi qu'il y ait un effet sur une zone spécifique du cerveau ou sur tout le cerveau, ce qui peut être provoqué par un gonflement et la tumeur.

Différentes régions du cerveau contrôlent différentes fonctions de l'organisme. Une tumeur située dans une région du cerveau qui est associée à une certaine fonction de l'organisme affectera cette fonction. Par exemple, une tumeur située dans la région qui contrôle la parole aura un effet sur la capacité de cette personne à parler. De tels effets font partie des premiers symptômes du cancer du cerveau et mènent en général à son diagnostic. Plus la tumeur s'étend et plus les symptômes sont apparents.

L'effet d'une tumeur et d'un gonflement sur tout le cerveau affecte le fonctionnement général du cerveau. Au cours de l'évolution du cancer, les symptômes suivants peuvent apparaître :

  • somnolence accrue;
  • réduction de la mobilité;
  • problèmes pour parler ou suivre une conversation;
  • perte de mémoire et particulièrement de la capacité à alimenter sa mémoire de nouveaux souvenirs;
  • jugement affaibli, tout particulièrement la capacité à juger de l'aide dont la personne a besoin;
  • faiblesse, qui peut affecter seulement un côté du corps;
  • crises épileptiques;
  • maux de tête;
  • troubles extrêmes de l'humeur.

Les médicaments peuvent aider à faire disparaître certains de ces symptômes. On utilise souvent des stéroïdes pour diminuer les gonflements du cerveau et ceux situés autour de la tumeur. On utilise des anticonvulsifs pour prévenir les crises épileptiques. L'acétaminophène (Tylenol®) peut être utilisé pour apaiser les maux de tête. On utilise occasionnellement des analgésiques plus puissants tels que les opioïdes, mais les maux de tête sont généralement faciles à maîtriser. Les médicaments contre la douleur peuvent être utilisés pour d'autres types de douleur, mais la douleur n'est généralement pas un problème important dans le cas d'un cancer du cerveau.

Au fur et à mesure que la coordination et la vigilance diminuent, la déglutition peut devenir difficile. La difficulté à déglutir peut produire des sécrétions qui entrent dans les poumons et peuvent augmenter la congestion pulmonaire. S'alimenter peut poser également des difficultés. Bien souvent les liquides sont plus difficiles à contrôler et à avaler que les solides. Un liquide peut atteindre le fond de la gorge de manière prématurée et provoquer de la toux. Des épaississants, disponibles en pharmacie, peuvent être ajoutés aux liquides pour aider à la déglutition. Des spécialistes du langage peuvent aider à résoudre les problèmes liés à la déglutition et à tout problème de communication qui pourrait survenir. Des difficultés de déglutition et de consommation d'aliments solides ou liquides nécessitent des solutions individuelles pour apporter du confort au patient.

Lorsqu'une personne présente des troubles de déglutition, les membres de la famille ont peur que la personne ne reçoive pas suffisamment de nourriture ou de fluides. Pourtant, la difficulté à déglutir n'est qu'un des facteurs pouvant entraîner des problèmes liés à la nourriture et aux fluides. Les patients atteints du cancer perdent en général l'appétit et la soif. Des médicaments tels que les stéroïdes peuvent augmenter l'appétit. Si quelqu'un a un bon appétit mais qu'il a du mal à déglutir, il faut trouver des moyens de satisfaire sa faim.

Au fur et à mesure que le cancer évolue, la possibilité de chute est une préoccupation grandissante. En général, plus le cancer évolue et plus la personne s'affaiblit. Dans le cas du cancer du cerveau, des problèmes supplémentaires d'équilibre, de coordination et de jugement s'ajoutent, ce qui peut empêcher un patient de demander de l'aide. Il est difficile d'éviter une chute lorsque la mobilité et le jugement sont affectés. Il est important de se rendre compte qu'un soignant peut uniquement faire son possible, et souvent il est impossible d'avoir constamment quelqu'un à ses côtés. Vous pouvez demander à un thérapeute ou à un physiothérapeute d'évaluer la situation et de vous conseiller.

Une personne atteinte d'un cancer du cerveau peut présenter des symptômes communs à la plupart des cancers en général, qui affectent l'énergie, la force, l'appétit, la respiration et la réactivité.