Le diabète
Comment le diabète est-il le mieux pris en charge en fin de vie, lorsque l'objectif est le confort du patient?

Lorsque l'objectif principal du traitement du diabète est le confort de la personne, le but est généralement d'éviter l'hypoglycémie (faibles niveaux de sucre dans le sang). Des niveaux faibles sont à l'origine d'un grand nombre de symptômes à court terme et sont plus risqués pour le patient. La marge de sécurité est faible s'ils descendent encore plus bas. Il est donc préférable d'avoir des niveaux élevés plutôt que bas.

Il est raisonnable de viser des niveaux de sucre dans le sang compris entre 10 et 20. Cela signifie qu'à certains moments les niveaux seront proches de 30. Tant que cela ne dure pas plus de quelques jours et tant que la prise de fluides est maintenue (avec des fluides qui ne contiennent pas de sucre), alors c'est acceptable. À court terme, les niveaux de sucre dans le sang compris entre 20 et 30 provoquent en général une augmentation de la soif et de l'action d'uriner. Si les niveaux restent dans cet intervalle alors l'augmentation de l'action d'uriner peut provoquer de graves déshydratations et peut même provoquer un coma.

Lorsque le souci principal est le confort de la personne, les médicaments pour le diabète peuvent être réévalués et les tests et le traitement simplifiés. Parfois, l'insuline peut même être abandonnée. Si la glycémie est maintenue sans chuter trop bas, alors on peut diminuer les tests à un jour sur deux ou jusqu'à deux à trois fois par semaine.

Durant les derniers jours de vie, une personne ne mange probablement pas et boit très peu. À cet instant, les discussions avec le patient et l'équipe soignante se concentrent sur la fréquence de la surveillance de la glycémie et sur la manière de traiter les niveaux trop bas ou trop élevés. L'état général de la personne influera le monitorage et le traitement.

Décisions