La maladies du foie
À quoi faut-il s’attendre en phase terminale d’une maladie du foie?

Par sa taille, le foie vient au deuxième rang de nos organes. Il est situé dans la partie supérieure de l’abdomen, sur la droite, à l’intérieur de la cage thoracique. Ses fonctions sont nombreuses et très importantes. Il extirpe les substances nocives du sang, transforme la nourriture et les fluides en nutriments et en énergie dont le corps a besoin, et aide à coaguler le sang.

Les maladies du foie sont causées par l’hépatite virale, certaines maladies autoimmunes, le cancer, l’obésité, l’alcool, la drogue et les toxines. La génétique y est aussi pour quelque chose. La phase terminale d’une maladie du foie se manifeste par certains changements, notamment :

  • une jaunisse;
  • un risque accru d’hémorragie;
  • l’accumulation de fluides dans l’abdomen;
  • une atteinte aux fonctions cérébrales.

La jaunisse est provoquée par une accumulation de bile dans les tissus. En effet, la bile contient un pigment appelé bilirubine, qui provoque le jaunissement de la peau et des yeux. La jaunisse fait en sorte que le foie ne puisse plus acheminer la bile vers les intestins qui, normalement, l’évacuent. Parfois, l’accumulation de bilirubine peut être traitée au moyen d’une prothèse interne qui maintient la voie biliaire principale ouverte. L’équipe soignante pourra également suggérer l’insertion d’un tube externe pour évacuer la bile hors du foie. L’accumulation de bile pourrait aussi causer un prurit, c’est-à-dire une démangeaison parfois très pénible et difficile à traiter. Le médecin pourra toutefois prescrire un médicament pour gérer en partie ce symptôme.

Quand le foie n’arrive plus à fabriquer les protéines qui coagulent le sang, le risque d’hémorragie et d’ecchymoses augmente. Cette carence peut également toucher le tractus gastro-intestinal et dilater les veines dans la portion inférieure de l’œsophage. Si les veines se rompent, il y a risque accru de saignements, dont l’équipe soignante devra tenir compte dans le projet de soins.

L’accumulation de fluides dans l’abdomen peut progresser au point de devenir très inconfortable. Elle peut par exemple provoquer l’essoufflement en cas de pression sur le diaphragme. Elle peut causer des nausées et une perte d’appétit, des douleurs abdominales et dorsales et un risque d’infection. Toutefois, l’équipe soignante pourra souvent drainer les fluides afin d’atténuer temporairement les douleurs abdominales et dorsales, l’essoufflement et la nausée. Si les fluides recommencent à s’accumuler au bout de quelques semaines (parfois plus tôt), il pourra être drainé à nouveau. Le médecin prescrira éventuellement un diurétique, c’est-à-dire un médicament qui aide le corps à se débarrasser des fluides indésirables. Il pourrait également prescrire un analgésique opioïde, pour soulager l’inconfort et l’essoufflement, ainsi qu’un médicament antinauséeux. Ajoutons enfin que les fluides peuvent aussi s’accumuler dans les pieds et les jambes.

Parfois, l’insuffisance hépatique en phase terminale atteint les fonctions cérébrales. C’est une complication causée par l’accumulation de toxines (comme l’ammoniac) dans le sang, qui entraîne de la confusion. La personne atteinte est incapable de distinguer le jour de la nuit, devient irritable, présente des changements de personnalité ou éprouve des problèmes de mémoire. À mesure que les fonctions cérébrales déclinent, elle devient de plus en plus somnolente et confuse. Cet état peut progresser jusqu’à l’absence totale de réactions et au coma. Certains médicaments réduisent la confusion, mais leur efficacité diminue dans les derniers jours de l’insuffisance hépatique. Le médecin pourra alors prescrire des médicaments destinés à calmer le patient, à lui procurer un certain confort et à préserver sa dignité.

Quelques autres symptômes d’une maladie de foie en phase terminale :

  • crampes musculaires;
  • troubles du sommeil;
  • fatigue;
  • diminution de l’appétit et de l’apport alimentaire;
  • dépression.

À mesure que les fonctions hépatiques déclinent, la médication risque d’aggraver les problèmes de foie ou de s’accumuler dans le sang et provoquer des effets secondaires. L’équipe soignante devra y prêter une attention particulière.